Maladies

Maladie respiratoire chronique (MRC) (Aérosacculite)

Etiologie

Le germe responsable de la MRC est Mycoplasma gallisepticum (Mg). Cette pathologie est souvent déclenchée par des virus respiratoires comme le virus de la maladie de Newcastle et le virus de la bronchite infectieuse avant d’être aggravée par des complications bactériennes. Les principaux germes responsables de l’infection sont Mycoplasma gallisepticum et E. coli. Le stress provoqué par des interventions comme le changement de bâtiment des oiseaux, le débecquage, ou d’autres conditions défavorables, comme le froid ou une mauvaise aération, rendent les oiseaux plus sensibles à l’infection.

Transmission

Les parents infectés par Mycoplasma gallisepticum peuvent transmettre ce germe à leur progéniture par l’œuf. De plus, l’infection peut survenir par contact ou par transmission aérienne (poussière, expectorations), d’où la difficulté d’éradication de cette maladie. La durée d’incubation varie de 4 jours à 3 semaines.

Espèces atteintes

Poule et dinde.

Symptômes

Les jeunes oiseaux (chair ou ponte) manifestent une détresse respiratoire. Les oiseaux présentent souvent un manque d’appétit, une baisse de la croissance et une augmentation de l’indice de consommation. Chez les adultes, les symptômes les plus fréquents sont l’éternuement, la toux et une gêne respiratoire. Chez les pondeuses, il peut survenir une baisse de ponte de 20 à 30%. La mortalité reste faible. C’est une maladie chronique, avec une incidence économique élevée très importante chez le poulet de chair et moins importante chez les reproducteurs et les pondeuses.

Lésions

On observe une inflammation congestive de la trachée avec ou sans exsudat caséeux (aspect de fromage) dans les sacs aériens, notamment en cas de complications (surinfections bactériennes à E. coli par exemple). Dans les infections par Mg moins sévères, les seules lésions que l’on peut éventuellement constater sont une légère sécrétion muqueuse dans la trachée et la présence d’exsudat spumeux (mousse) trouble ou clair dans les sacs aériens. Les dindes atteintes de MRC présentent généralement un gonflement des sinus infra-orbitaires.

Aérosacculite

Aérosacculite

Péricardite, péritonite et périhépatite sont fréquemment observées chez les oiseaux atteints de MRC

Péricardite, péritonite et périhépatite sont fréquemment observées chez les oiseaux atteints de MRC

Diagnostic

Le diagnostic de l’infection par Mg repose sur des tests sérologiques, sur l’examen post mortem et sur l’isolement du micro-organisme en cause (Mg) dans la trachée et les sacs aériens des oiseaux infectés.

La technique PCR permet également de mettre en évidence la présence de Mycoplasme.

Diagnostic différentiel

Une infection virale respiratoire (maladie de Newcastle ou bronchite infectieuse) accompagnée de surinfection secondaire (E. coli etc.) peut donner des lésions comparables.

Traitement et prophylaxie

Le traitement des poulets ou des dindes infectés par une antibiothérapie appropriée permet de limiter l’impact économique de la maladie. Néanmoins, la prophylaxie médicamenteuse ou vaccinale et l’éradication sont de loin les méthodes les plus efficaces pour combattre la maladie.

La mise en oeuvre de tests sérologiques chez les reproducteurs  ou les pondeuses pour mettre en évidence les anticorps anti-Mg est devenue une pratique courante dans le dépistage de l’infection des bandes par Mg et est exigée en cas de certification sanitaire l'export-.

Haut de la page