Maladies

Laryngotrachéite infectieuse (LTI)

Etiologie

La LTI est provoquée par un Herpèsvirus, dont on ne connaît qu’un seul sérotype.

Transmission

Le virus se transmet entre oiseaux par voie respiratoire.
La plupart des foyers de LTI dans les élevages sont dus à la transmission indirecte par des vecteurs passifs (visiteurs, chaussures, vêtements, alvéoles, mangeoires, abreuvoirs, cages, caisses etc. infectés). La durée d’incubation varie de 4 à 12 jours.

Espèces atteintes

Poulets et faisans sont les hôtes naturels du virus de la LTI.

Symptômes

On observe une détresse respiratoire généralement assez prononcée en raison de l’accumulation de sang, de la desquamation du revêtement trachéal et même de la présence d’exsudat caséeux dans le larynx et la trachée. Lorsqu’un bouchon caséeux obstrue le larynx et la trachée, les sujets atteints ont de très grandes difficultés à respirer et meurent généralement d’asphyxie. La mortalité dans un foyer de LTI classique est d’environ 1% par jour. Il existe des formes moins sévères de LTI impliquant des souches de virus LTI moins virulentes.

Conjonctivites et bruits respiratoires (respiration sifflante), avec une mortalité faible ou absente, peuvent être constatés La maladie se propage dans un poulailler moins rapidement que la BI ou la MN. La production d’œufs baisse généralement de 10 à 50% mais elle revient à son niveau normal après 3-4 semaines.

Lésions hémorragiques de la trachée

Lésions hémorragiques de la trachée

Certains oiseaux présentent des signes de suffocation avec tête relevée et bec ouvert

Certains oiseaux présentent des signes de suffocation avec tête relevée et bec ouvert

Diagnostic

Dans un élevage, l’apparition de détresse respiratoire, avec expectorations sanguinolentes et mortalité, est révélatrice de la LTI.
Du mucus sanguinolent et un exsudat caséeux sont mis en évidence dans le larynx et la trachée. Le diagnostic de certitude peut être établi au laboratoire par examen histologique des tissus trachéaux ou par isolement du virus sur œufs embryonnés à partir du mucus trachéal.

Traitement et prophylaxie

La prévention de la LTI par vaccination - instillation oculaire d’une souche peu virulente - est de loin la meilleure méthode de lutte contre cette maladie. Parfois ces vaccins sont administrés dans l’eau de boisson ou par aérosol avec des résultats variables. Quand la LTI se déclenche dans un élevage, on conseille de vacciner immédiatement pour arrêter la propagation de l’infection.