Maladies

Influenza aviaire

Etiologie

L’influenza aviaire est due à un myxovirus dont il existe plusieurs sérotypes.

Transmission

Les particules virales véhiculées par l’air et issues de l’appareil respiratoire, des fientes ainsi que les personnes portant le virus sur leur vêtement et le matériel constituent les principales sources de contamination.

Espèces atteintes

Dindes et poules sont les espèces les plus sensibles mais les canards, les oies et les oiseaux sauvages peuvent être également atteints. Ces derniers peuvent être porteurs sains.

Symptômes

Les symptômes peuvent varier en fonction du type de virus grippal. La forme respiratoire de la maladie, avec mortalité chez les dindes, a été observée mais une chute de production d’œufs sans symptômes a été également constatée chez les poules et les dindes. Un œdème de la tête, du cou et des sinus avec écoulement nasal peut être observé avec l’atteinte respiratoire. En présence de virus IA hautement pathogène, la mortalité peut être très élevée (80% en 48H). Dans le cas de l’IA faiblement pathogène, une mortalité faible accompagne ou non les symptômes.

Influenza chez la dinde

Influenza chez la dinde

Coeur et proventricule lésés au cours d’influenza aviaire

Coeur et proventricule lésés au cours d’influenza aviaire

Poulet atteint d'Influenza aviaire

Poulet atteint d'Influenza aviaire

Œdème du à l'Influenza aviaire

Œdème du à l'Influenza aviaire

Diagnostic

Le diagnostic de laboratoire est nécessaire, par sérologie (recherche des anticorps précipitant en milieu gélosé) ou par isolement du virus. On peut confondre l’influenza aviaire avec la maladie de Newcastle, la variole aviaire, les mycoplasmoses, les staphylococcies et autres infections respiratoires ou générales.

C’est une maladie réputée contagieuse à déclaration obligatoire.

Traitement et prophylaxie

Il n’existe pas de traitement de l’influenza aviaire. L’antibiothérapie aide à prévenir les surinfections bactériennes.

Haut de la page