Maladies

Gumboro (Bursite Infectieuse)

Etiologie

Cette maladie est due à un birnavirus de sérotype 1. On peut distinguer des souches virales classiques et des souches variantes. Le virus est très stable et il est très difficile de l’éradiquer d’une exploitation infectée.

Transmission

Le virus de la maladie de Gumboro est très contagieux et se propage facilement d’un oiseau à l’autre par les fientes. Les vêtements et le matériel contaminés assurent la transmission d’une exploitation à l’autre.

Espèces atteintes

Les poulets sont les hôtes naturels du virus. Les dindes peuvent également héberger le virus sans exprimer de symptômes.

Symptômes

Dans sa forme clinique, la bursite infectieuse survient généralement chez les oiseaux âgés de 3 à 8 semaines. Les sujets malades sont apathiques et se blottissent les uns contre les autres. La mortalité est variable. D’ordinaire, les nouveaux cas de maladie de Gumboro se traduisent par un taux de mortalité de 5 à 10% mais ce dernier peut atteindre 60%, en fonction du pouvoir pathogène de la souche en cause.

La forme subclinique induite par l’action immunosuppressive du virus de la bursite infectieuse est importante sur le plan économique. Les maladies liées à la maladie de Gumboro comme l’hépatite à inclusions sont plus fréquentes chez ces oiseaux. Chez le poulet de chair, cette forme de la maladie se traduit par de mauvaises performances, avec des gains de poids plus faibles et des indices de consommation plus élevés.

Bourse de Fabricius normale (à droite) et trois jours après l’infection

Bourse de Fabricius normale (à droite) et trois jours après l’infection

Poussin atteint	par la maladie de Gumboro

Poussin atteint par la maladie de Gumboro (à droite)

Animaux atteints de la maladie de Gumboro

Animaux atteints de la maladie de Gumboro

Bourse de Fabricius hémorragique

Bourse de Fabricius hémorragique

Diagnostic

Dans la forme aigüe, la bourse de Fabricius est hypertrophiée et gélatineuse, parfois même hémorragique. On peut observer également des hémorragies musculaires et des reins décolorés.

L’infection par des souches variantes s’accompagne généralement d’une atrophie rapide de la bourse (en 24-48 heures) sans signes caractéristiques de la maladie de Gumboro. De même, dans les cas chroniques, la bourse est plus petite que la normale (atrophie). La destruction de la bourse est visible à l’examen histologique. La réduction du nombre des globules blancs (lymphocytes) se traduit par une diminution de la réponse immunitaire et par une baisse de la résistance des oiseaux à d’autres infections. Les symptômes et lésions orientent vers le diagnostic de la bursite infectieuse.

L’examen histopathologique, les tests sérologiques et/ou l’isolement du virus en permettent la confirmation. La bursite infectieuse peut être confondue avec l’intoxication aux sulfamides, l’aflatoxicose et le syndrome de l’oiseau pâle (carence en vitamine E).

Traitement et prophylaxie

Il n’existe pas de traitement de la bursite infectieuse. La vaccination des reproducteurs parentaux et des jeunes poussins représente la meilleure prévention. L’induction d’une immunité maternelle élevée chez les poussins issus de reproducteurs vaccinés suivie d’une vaccination avec des vaccins vivants est la méthode la plus efficace de prophylaxie de la bursite infectieuse chez le poulet.

Haut de la page